Comme vous l’avez remarqué sur ma nouvelle bannière, mon atelier déco se dote de « kids stories » ponctuellement, parce que j’ai choisi de réunir mes deux univers sur le même blog. Et avec le collectif de mamans blogueuses Belgomums, c’est d’éducation qu’il est question en ce mois de rentrée.

J’ai longtemps cogité cet article et au final, certaines choses qui ont aidé mon fiston dans son apprentissage me sont apparues comme évidentes. Quelques principes éducatifs qu’on teste avec ma petite aussi…

educ-1

Photo: mon atelier déco & kids stories

* La planète des Alphas et le passage chez la logopède

En première primaire, Basile apprend à lire et cette méthode est utilisée. Au départ, il y a une histoire et chaque lettre est un personnage: le i est une frite, le f une fusée, le b une botte, etc.

Grâce à un peu plus d’un an de logopédie, mon fiston connaît déjà les Alphas. Une rhinolalie ouverte (pour faire simple, certains sons passent par le nez) nous a menés chez une jeune femme qui se lançait dans le métier et qui a énormément aidé notre fils. Il avait à peine 4 ans à l’époque et on a même parfois essayé de nous dissuader de faire quelque chose, prétextant que ça allait passer tout seul… Oui sauf que Basile souffrait de ne pas être compris et qu’une autre amie logopède nous avait dit, à raison: « au plus tôt au mieux ». Et ce fut le cas: Sylvie, la logopède vers laquelle on s’est tournés, est parvenue à faire des miracles en faisant travailler Basile tout en jouant. C’est sûr, ça n’a pas toujours été simple mais jamais il n’est allé chez elle en râlant, au contraire!

Tout ça pour dire que face à un souci comme celui-ci, il faut parfois se battre pour trouver des personnes qui pensent au bien-être de l’enfant. Chez Sylvie, il a fait des bons énormes en avant et a appris des choses qui lui sont encore très utiles aujourd’hui. Un exemple simple: Sylvie a appris à Basile des gestes à faire pour réussir à sortir certains sons ou mots: pour dire « jusque » et pas « juste » par exemple, les c et les t posaient notamment problème. Et aujourd’hui encore, quand il bloque, on les emploie. Parmi les mots de vocabulaire qu’il devait apprendre il y a 15 jours, il y avait « macadam »… Impossible à sortir pour Basile, jusqu’à ce que son papa ne fasse les gestes… Une fois et c’était bon, maintenant le mot est acquis et prononcé correctement, comme par magie.

* Les moments privilégiés

Autre idée pour accompagner son enfant qui grandit de manière positive: les moments rien qu’à deux avec papa ou maman. Tant mon grand que la puce ont besoin de passer du temps avec un de leurs parents. Ça va de la virée chez Ikea à une heure au potager ou encore un atelier culinaire… C’est un temps où on se parle, où on écoute son enfant et parfois on lui apprend des choses en s’amusant. Le top c’est que c’est gai pour nous aussi 🙂

educ-3

Photo: mon atelier déco & kids stories

* Éradiquer la colère

Au moment du « terrible two » et même plus tard, on a tenté d’expliquer à nos enfants qu’ils avaient le droit d’être en colère mais qu’il fallait le faire sortir. Alors en vacances, il est arrivé à Basile de jeter sa colère dans la rivière, ou encore de la jeter par terre et de la piétiner. Après, on revient au calme et on discute de ce qu’il s’est passé.

* Le rituel du soir

C’est un grand classique mais pour moi ça fait partie de l’éducation des enfants: leur ouvrir les portes à de beaux rêves et à la créativité en lisant une histoire, et en chantant aussi. Tous les soirs, ils ont droit à une histoire et deux chansons et cela permet de revenir au calme et de prendre du temps pour lire des livres

* Le yoga

C’est tout neuf à la maison mais les bienfaits du yoga ne sont plus à démontrer. Ça marche pour les grands mais aussi pour les petits. Pour se détendre et se calmer après l’école, 10 minutes de yoga permettent d’apprendre à respirer calmement et à se vider la tête. Pomme d’Api propose des postures très adaptées et efficaces pour les petits.

Les Baladins et le rugby, l’apprentissage de la vie

L’esprit d’équipe et le fair-play incomparable du rugby, la solidarité et la débrouille des mouvements de jeunesse, voilà deux écoles de la vie qui ne peuvent que faire du bien à mon fiston…

educ-2

Photo: mon atelier déco & kids stories

Voilà par quoi passe l’éducation à la maison. On a des enfants qui sont assez cadrés mais on poursuit un objectif qu’on garde tout le temps en tête: qu’ils apprennent en étant bien dans leurs baskets

Et chez vous, vous avez des clés pour une éducation heureuse?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *