17. septembre 2017 · 2 commentaires · Catégories: DIY · Tags: , ,

Vous êtes gâtés ce mois-ci, il y a 2 DIY sur le blog! Après le bâton de sagesse, je vous montre comment réaliser un mini tissage directement dans un cadre. De nouveau, c’est un DIY qu’on peut réaliser avec des enfants, lors d’un mercredi après-midi ou un dimanche pluvieux par exemple. Vous allez voir, c’est très simple et ça permet de faire ses premiers pas en tissage.

Photo: monatelierdeco

Matériel nécessaire

Un petit cadre en bois
Des punaises
Une pince
Un marteau
Du fil en coton
De la laine épaisse
Un aiguille à tisser ou une aiguille à laine
Des ciseaux
Un peigne ou une fourchette

Marche à suivre

Si, comme moi, vous avez le sens du détail, vous pouvez peindre votre petit cadre.

Photo: monatelierdeco

À l’aide d’un pince, enlevez les petites pièces métalliques qui servent à tenir le verre du cadre. On en n’a pas besoin et cela peut gêner.

Photo: monatelierdeco

Mettez des punaises tous les 1,3 cm (de sorte à avoir assez d’espace entre les punaises pour mettre le fil), mais ne les enfoncez pas à fond.

Photo: monatelierdeco

Accrochez le fil de coton en haut puis installez-le en faisant des allers-retours de haut en bas et en tournant autour des punaises. C’est la trame. Faites en sorte que le fil soit le plus tendu possible. Enfoncez ensuite les punaises à fond.

Photo: monatelierdeco

Vous pouvez commencer à tisser. On tisse sur l’envers, retournez de temps en temps le cadre pour voir ce que ça donne à l’endroit. La technique de base, c’est de passer au-dessus puis en-dessous du fil: au-dessus, en-dessous, etc. Quand vous arrivez au bout, alternez. Si vous avez fini par passer le fil en-dessous, commencez au-dessus. C’est l’alternance qui va créer le motif. Pensez à bien tasser à l’aide du peigne ou de la fourchette pour qu’on ne voit pas le fil de trame. Laissez toujours 4-5 cm de fil au début et à la fin.

Photo: monatelierdeco

Autre technique: passez au-dessus de 2 fils, puis en-dessous de 2 fils. Vous pouvez également tisser sans aiguilles, en enroulant du gros fil autour du fil de trame. Dans ce cas, enroulez autour de 3 fils pour un effet plus bombé.

Photo: monatelierdeco

Photo: monatelierdeco

Photo: monatelierdeco

Une fois que vous arrivez en haut, on va rentrer les fils. À l’aide d’une aiguille à laine, glissez les fils dans un point ou 2 et coupez ce qui dépasse.

Photo: monatelierdeco

C’est terminé! Vous pouvez alors déposer votre/vos tissage(s) encadré(s) sur une étagère ou les accrocher au mur

Photo: monatelierdeco

Photo: monatelierdeco

Photo: monatelierdeco

Ce DIY a fait l’objet d’un atelier en live sur Facebook grâce à la plate-forme d’échange de savoirs Skilltroc. Je vous invite à découvrir leur page Facebook et à retrouver la vidéo 🙂

Ce petit couloir est déjà passé par à peu près toutes les couleurs, mais cette fois, je lui ai trouvé un style… Intemporel. On y passe souvent puisqu’il mène à la salle de bain, aux toilettes et au jardin, depuis la cuisine. Oui, j’habite une petite maison ouvrière qui a été agrandie. Au départ, j’avais peur que la salle de bain au rez-de-chaussée soit un problème, mais au final, ça n’en n’est pas un (on peut même surveiller les enfants dans leur bain depuis la cuisine).

Récemment, j’ai compris ce qui posait problème dans ce lieu de passage : les portes. Elles étaient peintes en blanc, oui mais en blanc jauni et terni par les années. Du coup, en mettant du blanc au mur, ça ne faisait que renforcer le côté vieilli des portes. Au fil des ans, les murs sont passés par plusieurs teintes de beige, et par du bleu aussi mais ça assombrissait l’espace. J’ai pris l’équation dans le sens inverse et donné un coup de jeune à ces portes grâce au très beau Demin Drift de chez Levis, couleur de l’année 2017 (un gris-bleu absolument parfait avec du blanc).

Stylisme et photo: monatelierdeco

Stylisme et photo: monatelierdeco

Deux couches, recto verso, auront été nécessaires. Loulou m’a bien aidée, il a notamment mis 3 couches de blanc sur les murs et le plafond, et cela donne un tout autre style, frais et intemporel, à ce couloir.

Stylisme et photo: monatelierdeco

Pour faire les choses à fond, j’ai également repeint l’armoire à pharmacie accrochée au mur dans un gris très clair, installé un joli panier (de chez Agave) dans le coin pour « ranger » mes bois à tissages et macramés (ainsi que le bâton de parole, mon dernier DIY sur le blog). Enfin, j’ai accroché 2 suspensions en macramé garnies de lierre.

Stylisme et photo: monatelierdeco

Stylisme et photo: monatelierdeco

Stylisme et photo: monatelierdeco

Stylisme et photo: monatelierdeco

Ça change tout ! Et je trouve que le carrelage granité d’origine, même s’il est abîmé, est bien mis en valeur… Bref, ne négligeons pas les petits espaces comme les couloirs, surtout si c’est un lieu de passage important et visible des pièces à vivre.

Stylisme et photo: monatelierdeco

Si vous avez ramené du bois flotté de vos vacances, ou si vous ramassez des beaux bâton lors d’une virée en forêt, voilà ce que vous pouvez faire avec, hyper simplement.

À l’origine, le bâton de parole servait, dans les traditions nord-amérindiennes, à réguler la parole dans un groupe. C’est donc un objet symbolique, qui peut être employé à la maison avec les enfants. C’est aussi rigolo de faire ce DIY avec eux et de leur expliquer la petite histoire.

Matos nécessaire :

Pour réaliser ce bâton de parole, il vous faut…

Un bâton
Du papier à poncer
Du tape
De la peinture
Un fin pinceau

Comment faire?

Commencez par bien nettoyer votre bâton, enlevez l’écorce (à l’aide d’un couteau par exemple), et poncez-le pour qu’il soit bien lisse. Ensuite, posez du tape pour délimiter les zones de peinture.

Photo: monatelierdeco

Peignez selon votre imagination. Ici, j’ai fait un bâton vraiment très basique, avec des couleurs pastel. Si vous êtes plus précis et créatif que moi, n’hésitez pas à vous lâcher dans les motifs.

Photo: monatelierdeco

Photo: monatelierdeco

Photo: monatelierdeco

Photo: monatelierdeco

Photo: monatelierdeco

À la maison, il rejoint mes beaux bâtons déjà poncés, que j’utilise pour mes tissages et macramés géants. En attendant d’être utilisés, ils décorent un petit couloir (qui a été complètement repeint et redécoré, je vous montre ça dans un prochain article).

Photo: monatelierdeco

Photo: monatelierdeco

 

Photo: monatelierdeco

Cet été, nous avons changé de destination et de mode de vacances. À la place du camping en Provence, on a choisi un Airbnb en Toscane. Une région qu’on ne connaissait pas du tout et qui nous a complètement séduits. Tout d’abord, parce que j’ai trouvé la location parfaitement adaptée à ce que nous voulions: en pleine nature, mais à 25 minutes de Sienne et 45 de Florence, au bout d’un chemin agricole de 2 kilomètres… Nous séjournions chez une ancienne journaliste et écrivain, son mari est médecin et cultive des oliviers. Ils ont aménagé le 2e étage de  leur maison authentique mais spacieuse pour leurs hôtes, et mettent leur magnifique terrasse ombragée et panoramique à notre disposition. Pas de piscine mais qu’importe, un petit bassin à boudins et quelques fusils à eau ont fait l’affaire. Nous nous sommes prélassés à l’ombre du vieil arbre qui borde la grande terrasse et avons assisté aux plus beaux couchers de soleil de toute notre vie. À chaque heure de la journée, les paysages toscans composés essentiellement de champs de vignes et d’oliviers nous en ont mis plein la vue. Et à l’heure où loulou préparait le souper, je me posais dans le fauteuil près de la fenêtre dans la chambre et profitais de la vue sublime qui s’offrait à nous.

Que faire avec les petits, vous demandez-vous peut-être. C’est vrai qu’ils ont l’habitude de se faire des copains au camping et passer de longues dans la piscine ou sur le terrain de sport. Cette année, ils étaient entre frère et sœur, et nous les avons baladés dans nos virées bucoliques et culturelles… avec un grand succès. Bon, Camille, c’est facile : tu lui promets une glace pendant la virée et elle est contente. Quant à Basile, il nous a scotchés: il s’est montré hyper curieux et ne s’est jamais plaint de marcher. Il faut dire qu’il a l’habitude!

Flâner à Sienne…

Alors on a visité Sienne… et on a craqué pour cette ville splendide, encore préservée d’un trop grand nombre de touristes au tout début du mois de juillet. Du coup, la visite était super agréable et la Piazza del Campo nous en a mis plein la vue. Et le Duomo… On n’est pas fans d’église au sens catho mais on apprécie beaucoup le côté architectural et historique ainsi que le caractère imposant de tels édifices. Sienne est une ville où il fait bon flâner et où on retournera à coup sûr.

Sortir des sentiers battus à Florence…

Puis on est allés à Florence. Comme pour Sienne, on a pris le train. Hors de question de conduire dans des grandes villes et payer une fortune en parking, alors on se l’est jouée à la cool. Firenze nous a plu, mais il faut sortir des sentiers battus. Il y a énormément de touristes dans cette ville, notamment aux alentours du Duomo. Mais une fois que vous levez les yeux pour admirer l’édifice, les touristes n’existent plus tant la beauté des lieux vous subjugue. En revanche, j’ai été déçue de ne pas pouvoir visiter le musée des Offices (2 heures d’attente avec deux enfants par 37 degrés…). Pour quitter l’afflux des touristes, on s’est dirigés vers les jardins de Boboli en passant par l’incontournable Ponte Vecchio et ses bijoutiers. Dans ces splendides jardins historiques sur une colline, ça descend fort (et donc ça monte fort aussi par moment), mais la vue sur Florence est imprenable, tout comme les fontaines et statues sont admirables. On a fini la balade en passant voir la basilique Santa Maria Novella, autre bijou d’architecture florentine.

Plongeon au Moyen-Âge à San Gimignano

San Giminiano, la cité des belles tours… Il y en avait 75 au XIIIe siècle, il en reste 13 aujourd’hui. Dans cette ville, classée au patrimoine mondial de l’UNESCO, vous êtes happés par le caractère médiéval des lieux. C’est un critère important pour nous : c’est pas blindés de touristes. Je n’ai rien contre puisque j’en suis une, mais les ruelles bondées et boutiques à brol, j’ai toujours un peu de mal. Là, ce n’était pas du tout le cas. Basile s’est même amusés à apprendre à utiliser mon reflex tandis que Camille s’est laissée hypnotiser par un musicien de rue qui reprenait le célèbre Hallelujah de Jeff Buckley…

Imprévisible Certaldo

Certaldo était la ville la plus proche d’où nous résidions. Elle n’a rien de particulier si vous restez dans la ville basse, principalement commerçante. Mais si vous prenez la peine de prendre le funiculaire menant à la vieille ville (fun avec les kids), vous découvrez un tout autre visage de la ville, plus authentique. Il y a surtout de jolies petites ruelles et quelques restaurants et monuments. Pas de boutiques de souvenirs, juste un très bel endroit où passer quelques heures à flâner.

Authentique Colle di Val d’Elsa

On devait aller à Pise, mais je n’étais pas plus motivée que ça à faire la route alors j’ai cherché un petit village plus étonnant, plus simple… Et j’ai trouvé Colle di Val d’Elsa. Ce genre de petite ville d’Italie où le linge pend aux fenêtres, où il ne faut pas espérer tomber sur quelqu’un qui parle anglais ou français, et où vous prenez le risque de vous perdre car chaque ruelle parce que vous avez envie de tout explorer tellement c’est joli.

Explorer les chemins

10 jours, 5 visites, des balades en pleine nature et des heures à se reposer, profiter du cadre, du calme, regarder les enfants jouer, explorer des sentiers qui mènent on ne sait où… Ces vacances façon « dolce vita » nous ont régalés. Je vous ai même préparé une petite vidéo (oui, oui, on s’amuse comme on peut ;-)) pour compléter cet article.

Le blog va reprendre du service à l’approche de la rentrée. Je vous prépare tout plein d’articles pour s’inspirer, pour créer de ses mains, pour s’évader. Vous serez là? À très vite

L’an dernier, je vous avais fait suivre au fil des mois mes expérimentations dans mon potager en ville grâce à ma collaboration avec Wolf Garten… Il y avait  eu quelques succès comme les bettes, les salades, les courgettes et les butternuts. Par contre, les limaces et la pluie avaient eu raison de mes tomates, haricots, aubergines.

Cette année, on a mieux su comment doser et on a pu pas mal bosser au printemps vu qu’il a fait assez beau. Du coup, aujourd’hui, on en profite super bien. On a eu des framboises et déjà plein de salades, haricots, courgettes vertes et jaunes, potimarrons et quelques tomates cerises. On va avoir : encore des salades, encore plein de courgettes et potimarrons, mais aussi des potirons, des butternuts, des courges oranghettis, des bettes, des scaroles, des tomates, des choux-fleurs, des brocolis, des choux de Bruxelles, et si tout va bien des aubergines et des melons (on croise les doigts bien fort). Bref, autant vous dire que pendant que je fais quelques travaux de peinture, loulou cuisine. Soupes de courgette-potimarron, courgettes farcies, pâtes aux bettes… On se régale 🙂

Allez, je vous fais visiter tous les recoins de mon potager urbain coloré et sous le soleil, enjoy!

Photo: mon atelier déco

Photo: mon atelier déco

D’un côté, on a les choux, bettes, salades, haricots (il faut que j’arrive à faire un peu de place pour les poireaux d’hiver, sensés être plantés maintenant)… J’adore les couleurs rouge et jaune des bettes et les teintes bleutées des feuilles de choux.

Photo: mon atelier déco

Photo: mon atelier déco

Photo: mon atelier déco

Photo: mon atelier déco

Photo: mon atelier déco

Photo: mon atelier déco

Photo: mon atelier déco

Et de l’autre côté, toutes les sortes de courges s’enchevêtrent et forment un énorme tapis de feuilles, dominé par une grande consoude (engrais végétal naturel, utilisé en agriculture bio, c’est pour ça qu’on l’a plantée. Après, elle s’étend toute seule il parait)

Photo: mon atelier déco

Photo: mon atelier déco

Photo: mon atelier déco

Et puis quand tu fouilles, tu trouves plein de légumes en préparation…

Photo: mon atelier déco

Photo: mon atelier déco

Photo: mon atelier déco

Photo: mon atelier déco

Photo: mon atelier déco

Photo: mon atelier déco

Et derrière, il y a la serre à tomates (et melon, je croise toujours les doigts très fort: du melon en Belgique, je sais que c’est possible). Par contre, j’ai planté plein de variétés différentes et pour l’instant, ça ne donne pas grand chose. En août peut-être…

Photo: mon atelier déco

Photo: mon atelier déco

Photo: mon atelier déco

Ça donne envie non? Si vous avez la moindre question, n’hésitez pas à me la poser en commentaire. je ne suis pas experte, mais je serais ravie de vous faire part de ma petite expérience 😉

Cet été, nous sommes sortis de notre zone de confort (la Provence) pour découvrir d’autres horizons: l’Italie, la Toscane plus précisément. Je vous ferai découvrir tous les bons plans de notre belle échappée dans un prochain article, mais d’abord, je voulais partager avec vous notre escale en Alsace. Parce que 1250 bornes en une fois, très peu pour moi, j’ai choisi de m’arrêter à l’aller comme au retour dans le sud de l’Alsace.

Sous les excellent conseils de Dona, de Matières Nomades, nous avons passé deux nuits au Domaines des Remparts à Sélestat. Il y a 6 chambres d’hôtes et une maison à louer. Nous on a été logés dans la jolie petite maison du 15e siècle rénovée avec beaucoup de goût. Je vous recommande vivement cette adresse si vous séjournez en Alsace. Non seulement parce que les prix sont vraiment raisonnables, mais en plus parce que les hôtes sont très sympas, de bon conseil pour visiter le coin, et le petit déjeuner est juste parfait. J’ai pas fait des masses de photos mais juste de quoi vous donner une idée quand même.

 

Photos : mon atelier déco

Sélestat est à deux pas de la route des vins. Les villages alentours sont vraiment jolis. Nous on a décidé de s’arrêter aux plus beaux villages de France 2014 et 2017. Kaysersberg ne nous a pas emballé plus que ça (même si c’est très joli et qu’ils ont une démarche écologique à saluer), par contre Eguisheim est vraiment splendide. On sent que le village a su surfer sur ce titre ces dernières années mais sans tomber dans l’excès des pièges à touristes. On peut s’y balader tranquillement et découvrir les jolies ruelles hyper fleuries. Visiblement, les habitants jouent le jeu et c’est super agréable!

Photos : mon atelier déco

Photos : mon atelier déco

Photos : mon atelier déco

Photos : mon atelier déco

Autre escapade dans le secteur: le château du Haut-Koenigsbourg. Il est rose et date du XIIe siècle mais est dans un état formidable. J’ai déjà visité des châteaux par le passé mais celui-là était au top. Les enfant ont ADORÉ… Loulou a expliqué plein d’anecdotes à Basile sur l’époque des chevaliers, les puits, les ponts levis, les meurtrières, les herses et autres mâchicoulis. Camille aussi a adoré découvrir un nouvel univers, admirer la vue. On a de la chance d’avoir des enfants hyper curieux qui ne râlent pas tandis qu’on visite un château… « Le château en haut de la montagne », comme ils disent 🙂

Photos : mon atelier déco

Photos : mon atelier déco

Photos : mon atelier déco

Autre bon plan en Alsace: la montagne des singes. C’est simple, c’est en redescendant du château! Prix d’entrée très raisonnable (9 euros par adulte, 5,50 par enfant de plus de 5 ans), les lieux sont propres et on ne sent pas « touristes pompes à fric ». Les soigneurs prennent vraiment soin des macaques de Barbarie du parc. Ils sont présents pour rappeler les règles indispensables au bien-être des animaux et répondre à nos questions. Il faut dire qu’ils mettent à disposition des visiteurs du pop-corn pour qu’on puisse en donner aux singes. C’est hyper pédagogique pour les petits d’apprendre d’où ils viennent, pourquoi on les sauvegarde, de faire les liens avec l’homme et de bien appliquer les règles du nourrissage.

Photos : mon atelier déco

Au retour, on a également fait une halte, plus petite cette fois, dans le sud de l’Alsace. Et là, j’ai un petit resto très sympa à vous conseiller : la Ville de Nancy, à Ribeauvillé. C’est de nouveau un super joli village alsacien et on a adoré cet établissement familial où on fait tout pour que le client se sente bien (menu spécial pour les enfants, coussin pour que Camille soit bien installée…). Ça nous a permis de découvrir les spécialités de la région : tarte flambée et choucroute… Ça tombe bien, quand tu rentres de Toscane et qu’il y a 10 degrés de moins… 😉

Voilà pour cette escapade alsacienne. On adore découvrir de nouvelles régions de France et je ne saurais que vous conseiller de prendre le temps de vous arrêter lors de vos départs et retours de vacances, de prendre le temps. Ça permet aussi de rouler en semaine, et pas forcément du samedi au samedi) et même d’éviter la circulation des camions si vous faites une partie du chemin le dimanche.

Vous connaissez l’Alsace? Vous aussi vous faites parfois des étapes un peu plus longues pour découvrir de beaux coins?