Le mois d’août est déjà bien entamé et notre consommation des légumes du potager aussi! Bettes, courgettes, salades diverses, fraises et herbes aromatiques… On se régale d’autant plus quand on produit soi-même. Bien sûr, on a aussi dû faire face à quelques déconvenues: les grosses limaces baveuses (et dévoreuses) et un été météo en demi-teinte (les deux sont liés, bien sûr). Ici, je vous parle (et vous montre) donc les échecs, les réussites, ce qu’il y a à venir et les outils qu’il faut absolument avoir sous la main.

Les échecs qui aident à apprendre

Entre le moment où j’ai pris ces photos (début août) et maintenant, le mildiou a ravagé tous mes plants de tomate. Pour ceux qui ne connaissent pas, il s’agit d’un champignon qui te ruine une plantation en quelques jours. Ici, il a plu (trop plu sans doute) et les tomates n’aiment pas l’humidité. Je les avais traitées à la bouillie bordelaise (bio) mais cela n’a pas suffi. L’enseignement que j’en tire c’est que l’an prochain, si j’en replante, c’est sous abri.

DSC_2668

Photo: mon atelier déco

Ensuite, il y a eu les limaces. J’avoue que j’ai choisi la solution de facilité et j’ai acheté des granulés (bio, tant qu’à faire) pour les combattre. Mais il y a eu un peu de laisser-aller lors des dernières pluies, du coup il ne reste rien de mes plants de haricots… À mon grand désespoir car j’adore ça. Quelques salades ont également été entièrement dévorées, ainsi que quelques courgettes… C’est que c’est vorace en plus d’être moche.

DSC_2652

Photo: mon atelier déco

À noter aussi que certains plants sont « montés en fleur » et sont donc rapidement devenus inconsommables: les brocolis et les roquettes surtout. Mais on les a laissés en place parce que c’était joli et que les abeilles adorent ça.

DSC_2665

Photo: mon atelier déco

Les belles surprises, à réitérer

Les bettes! On a eu une récolte de bettes incroyable: la baignoire en était remplie au moment de les nettoyer. ce qui est chouette avec ce légume, c’est que les feuilles se mangent (revenues dans de l’ail, avec des pâtes, légèrement tomatées, mmmmmmmh), et les cardes (tiges) aussi. Comme on en a beaucoup, on les blanchit et on congèle. Les colorées ont nettement plus de goût, en plus d’être plus belles, que les blanches. Autre avantage: ça repousse!

DSC_2606

Photo: mon atelier déco

DSC_2635

Photo: mon atelier déco

Les salades à repiquer (ou semées): salade de blé, roquette, frisée… C’est inévitable l’été et accompagne de nombreux barbecues.

Les courgettes: un grand classique aussi, nous on adore les jaunes. Elles se défont moins à la cuisson, sont plus croquantes et ont plus de goût.

DSC_2626

Photo: mon atelier déco

Le chou frisé/fermier/kale: Vous avez déjà gouté? Les Américains en raffolent et nous aussi, préparés façon soupe au pistou.

DSC_2658

Photo: mon atelier déco

DSC_2636

Photo: mon atelier déco

Les fraises… Elles ne sont pas au potager mais sur le toit et 3 plants ont particulièrement bien donné.

DSC_2596

Photo: mon atelier déco

Les aromatiques… Basilic, persil, coriandre, estragon, sauge, romarin, thym… Dans de simples pots ou bacs, on peut planter énormément d’herbes qu’on laisse sur la terrasse pour les avoir à portée de main quand on cuisine. En plus, vous avez vu les jolies fleurs que fait la coriandre?

DSC_2785

Photo: mon atelier déco

DSC_2784

Photo: mon atelier déco

À venir au potager

Les butternuts… Le plant qu’on a mis est énorme! Il s’étale et promet une belle production.

DSC_2623

Photo: mon atelier déco

DSC_2627

Photo: mon atelier déco

Les poireaux… On en a planté une cinquantaine. C’est tout un art! Si vous me suivez sur Instagram, vous pouvez voir les différentes étapes de la plantation des poireaux, grâce à l’outil spécial de Wolf Garten, c’est un jeu d’enfant (d’ailleurs, mon fiston m’a bien aidée).

DSC_2676

Photo: mon atelier déco

DSC_2639

Photo: mon atelier déco

Les choux-fleurs et brocolis… Mais aussi les aubergines: on a mis 3 plants. Ils ne grandissent pas beaucoup mais je ne perds pas espoir.

DSC_2673

Photo: mon atelier déco

Les épinards et scaroles: à planter dans les prochains jours…

Mes outils indispensables

Grâce à notre collaboration avec Wolf Garten, j’ai tous les outils nécessaires pour le potager. En ce moment, mes indispensables sont le transplantoir qui permet de tout planter, mais aussi d’enlever les mauvaises herbes avec la racine. Les pissenlits ne lui résistent pas… Puis, les gants: quand on est une fille et qu’on veut plus ou moins sauvergarder ses ongles, c’est ultra nécessaire.

IMG_2108

Photo: mon atelier déco

L’outil double: d’un coté un grattoir, de l’autre trois dents. Il permet de gratter pour enlever les petits mauvaises herbes, et de griffer pour aérer la terre sans la retourner complètement. Cela enlève aussi les indésirables avec la racine, tant qu’elle n’est pas trop grande.

IMG_2005

Photo: mon atelier déco

IMG_2634

Photo: mon atelier déco

Je vous laisse avec deux photos des dahlias plantés par mon voisin (96 ans, quand même!), avec qui on partage le potager et qui nous donne quelques bon conseils. Et vous ça donne quoi le potager cet été?

DSC_2706

Photo: mon atelier déco

DSC_2708

Photo: mon atelier déco

DSC_2716

Photo: mon atelier déco

Un commentaire

  1. Dominique Bollaerts

    Woaw, quel chouette endroit. J’imagine que vous avez dû y passer de très beaux moments ! Et si tu as en plus un voisin expérimenté qui peut t’apporter son expérience…
    Ici, le potager, c’est bof-bof. Il y a plusieurs raisons. D’abord, la météo, qui ne m’a pas encouragé à aller préparer le terrain avant de semer et de planter et qui a tout retardé. Ensuite, les poules. Si elles m’aident à m’occuper des limaces (je n’en ai pas beaucoup, cette année, mais quand même), elles ruinent aussi les feuilles de rhubarbe et de radis, elles picorent toutes les fraises. Nous avons donc clôturé la partie potager et ça va beaucoup mieux. De plus, je n’ai planté que fin juin – début juillet (la météo, la prépa des examens du grand, ma fin d’année à l’école, …). Si de telles conditions devaient encore se produire, je ferais les semis en pots plus tôt pour démarrer et ne pas prendre trop de retard (j’ai rangé l’abri de jardin, j’ai désormais une belle place pour faire ces plantations). Et enfin, je manque encore d’expérience. Je profite de tous les conseils que je peux suivre, je dévore les pages de jardiner-malin.fr (il y a bien d’autres sites, mais je suis tombé un jour sur celui-là et je le trouve assez clair et bien fourni), et j’essaie aussi de tirer des enseignements pour plus tard.
    Malgré tout ça, j’adore les avantages du potager. La fierté de produire ses fruits et légumes, de récolter les effets de son travail. La gout dans l’assiette. La beauté de certaines plantes et fleurs. Le fait qu’il n’y a pas de pression et que ce n’est pas grave si on rate (je trouve ça important, à notre époque particulièrement). Et d’autres choses encore…
    Cette année, j’aurai donc de la rhubarbe, des potirons, des cornichons, des radis, des poireaux, des pommes de terre (dans une tour), quelques plantes aromatiques et des salades. Les fraises ont soit pourri sur le sol à cause des pluies soit été dévorées par mes poules (mais il n’y en a pas eu autant que l’an passé). Les framboises sont là, mais toutes vertes, j’attends impatiemment qu’elles rougissent et jaunissent. Bref, je ne me plains pas et je ne désespère pas pour ce qui n’a pas encore donné.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *