En ce moment, on entend pas mal parler de rangement (la faute à Marie Kondo, notamment). Bien avant de savoir qu’une série Netflix consacrée à la papesse du rangement allait être disponible, je m’étais lancée le challenge de ranger ma maison à fond en ce début d’année. Il n’est pas question de résolution, j’ai juste entamé une démarche “vers le 0 déchet” depuis quelques mois et cette étape du rangement vient avec.

LA question de l’utilité

Et oui, si tu décides d’acheter de l’alimentation en vrac, forcément, il faut ranger les armoires, réorganiser, redéfinir la place de chaque chose. Pas complètement du minimalisme non plus parce que je n’aime pas quand c’est trop vide, ça manque de vie, mais un recentrage vers l’essentiel, qui va de paire avec la question: est-ce que j’ai vraiment besoin de tout ça ? Cette question est essentielle dans mon grand rangement, je vais me la poser dans chaque pièce de la maison, pour chaque objet.

Le grand rangement

Je dois bien avouer que l’idée de passer un mois ou une semaine à temps plein pour ranger sa maison, très peu pour moi. L’idée est d’y consacrer 2 heures par-ci par-là. D’ailleurs, à l’heure où j’écris cet article, le grand rangement est seulement entamé, mais il est suffisamment réfléchi pour que je vous en parle.

Le principe : on agit pièce par pièce. Tout simplement parce que cela permet de continuer à vivre sans être complètement encombré Tout commence sur papier : on note le nombre d’interventions d’environ 2 heures que le rangement va nécessiter, pièce par pièce . Ensuite, on les dispatche les week-ends en fonction de son emploi du temps. Surtout, on ne se met pas de pression, sinon ça devient insurmontable. Puis en pratique, cela va vite : on met de côté ce qu’on jette (ou recycle) dans une caisse, ce qu’on donne dans une autre et ce qu’on va tenter de vendre dans une troisième.

Photo : monatelierdeco

Ici, on a commencé par notre chambre en scindant l’intervention en 2 : la paperasse et les commodes à vêtements (notre garde-robe est à l’étage, dans l’atelier). Les divers papiers s’accumulaient sur le large rebord de fenêtre depuis des mois. Vous savez ce que c’est : on fait des piles, on se promet de les traiter rapidement puis on se laisse dépasser. Un vendredi, on a donc passé 2 heures à s’occuper de la paperasse, et le samedi 2 petites heures pour les commodes. Pour chaque pièce, Loulou a joué le jeu, y compris pour le tri des fringues et le pliage façon Marie Kondo.

Pour le rangement des papiers, j’ai de gros classeurs compartimentés dans lesquels je classe tout ce qu’il faut garder. Et puis j’ai une plus fine farde dans laquelle je scinde : “à payer” – “à classer” – “attestations de soin à rentrer” – papiers école. Je fais les paiements tous les 15 jours (la corvée) et je jette au fur et à mesure tout ce qui n’est pas utile de garder.

Marie Kondo : ce qu’on retient

La méthode de Marie Kondo, la papesse du rangement n’est pas adaptée à tout le monde. Je vous laisse vous faire votre avis en regardant la série Netflix si ça vous dit, mais voilà ce que je préconiserais de garder : le pliage des vêtements et les boîtes pour compartimenter.

Pour le pliage, le principe est de ranger ses vêtements à la verticale. En fait, il faut juste adapter un tout petit peu son pliage habituel. Le pull, on le plie d’abord en 3 dans le sens de la largeur, on met bien les manches et puis on le plie en 4 dans le sens de la longueur. Pareil pour les tee-shirts. Et pour les pantalons, et bien au lieu de les plier en 3 sur la longueur, on plie en 3, et puis en 2. Voilà, après on met tout debout et le tour est joué ! On a récupéré de la place dans les commodes en appliquant cette méthode.

Photo : monatelierdeco

Vive les boîtes !

En ce qui concerne les boîtes, on va les utiliser pour compartimenter. J’ai toujours été très “boîtes”, déjà avant de connaître cette méthode et bien avant la mode des paniers. Mes proches se sont déjà moqués de moi souvent avec mes boîtes, par le passé 😉

Exemple dans notre chambre : sur les commodes, on range dans ces boîtes les ceintures par exemple, ou encore les collants, mais aussi les tote bags. On peut en utiliser des plus petites pour ranger des petits objets. Exemple : on a tous un tiroir fourre-tout à la cuisine. Des petites boites permettent de garder de l’ordre là-dedans. On peut aussi en utiliser des plus grandes, par exemple pour ranger ses sacs, foulards, écharpes, bonnets, dans le fond d’une garde-robe.

Le piège à éviter

Il ne faut pas se précipiter mais pas non plus prendre trop de temps pour venir à bout de son grand rangement. Sinon on reste avec des caisses “en attente” pendant des semaines. D’où l’idée de se fixer quand même un planning de travail et de s’y mettre à toute la famille. Demandez à vos enfants de ranger leur chambre, ils vont râler. Par contre, prenez 2 heures pour faire un grand tri avec eux et réorganiser leurs jouets, ils sont moins réticents. Je pense même que le pliage façon Marie Kondo va amuser mon grand.

Mais on veut continuer à profiter de nos week-ends à côté de ce rangement, évidemment… Je ne veux pas que ça soit une corvée. La difficulté est donc de bien s’organiser pour que ce grand rangement soit efficace. J’ai tellement envie que ça soit terminé !

Photo : monatelierdeco

Comment garder sa maison en ordre au quotidien ?

Une fois le grand rangement terminé, c’est la délivrance. C’est plus simple de maintenir sa maison en ordre que de s’attaquer à un gros rangement.

Et pour ne pas se laisser dépasser, j’ai ma méthode : consacrer 15 à 30 minutes quotidiennes au rangement. J’avoue, ici, je suis sur le dos des enfants pour qu’ils rangent eux-mêmes les chaussures, manteaux, boîtes à dîner, etc. lorsqu’il rentrent de l’école. Et j’insiste quotidiennement pour que le salon ne ressemble pas à une salle de jeu géante. En montant se coucher, ils doivent remonter les jouets qui traînent en bas. Je dois souvent me répéter mais ça commence à rentrer 🙂

15 à 30 minutes de courage au quotidien

Et donc, quand je rentre du travail, je prends 15 à 30 minutes pour mettre tourner une lessive, en ranger une autre, etc. Pendant les devoirs et avant le souper, c’est faisable. Comme il n’y a pas de lessive à faire tous les jours, je remplace cette tâche par le rangement d’autres petites choses qui peuvent traîner dans les pièces à vivre (objets du quotidien ou papiers), un arrosage des plantes, ou encore les jeux des enfants avec eux.

Le poste le plus compliqué à garder en ordre, c’est la cuisine. C’est là qu’on met le plus de désordre, forcément mais je me force à ranger et cleaner au fur et à mesure. Soyons clairs : si on fait cet effort tous les jours ou tous les 2 jours, le bazar ne s’accumule pas et le rangement prend moins de temps… Logique ! Je dois vous paraître cinglée de maniaquerie mais ces 15-30 minutes quotidiennes offrent beaucoup d’avantage à l’arrivée.

Le “balayage” des pièces

Autre astuce : le “balayage” de la maison. Non, je ne parle pas de passer un coup de balai mais de passer en revu une à une les pièces de la maison. Le vendredi, c’est le jour consacré à mon activité complémentaire. Alors, après avoir déposé les enfants à l’école, je prends une heure pour tout ranger un peu plus en profondeur. Fin de semaine oblige, il y a plus de choses à ranger. De 8h30 à 9h30-10h, je passe dans chaque pièce de la maison et je range ce qui traîne. De cette façon, lorsque l’aide-ménagère vient l’après-midi, tout est rangé. Cela permet aussi d’avoir une maison propre et bien rangée en abordant le week-end.

Si j’appelle ça le “balayage”, c’est parce que je vais passer d’une pièce à l’autre, de l’arrière de la maison vers l’avant. S’il est 10h et que je n’ai pas fini, je m’arrête. Parce que je n’ai que quelques heures à consacrer à mon activité le vendredi et je ne veux pas que ce genre de tâche empiète sur mon travail.

Pièce par pièce

Bref, vous l’aurez compris, mon truc à moi c’est d’agir pièce par pièce. Parce que si je n’arrive pas au bout de toutes les pièces, j’ai au moins la satisfaction d’avoir des pièces à vivre (salon-sàm-cuisine) nickels ou presque. Le fait que ça soit rangé m’apaise. Si quelque chose traîne dans mon champ de vision, ça va me gêner, c’est plus fort que moi… Mais j’ai fait de gros efforts ces dernières années

Et vous quel maniaque/bordélique êtes-vous ? Un grand rangement ça vous tente ? Vous avez déjà succombé à la méthode Marie Kondo ?